Questa esperienza di scambio è talmente intensa che non la dimenticherò per il resto della vita…

Ichrak BEN ALI, studentessa tunisina dell’Università di Tunisi, presso la Facoltà di Lettere e Filosofia, ha frequentato un semestre in Italia presso l’Università di Sassari in Sardegna grazie al progetto COMMO II.

Ecco come ha descritto la sua esperienza (scarica qui il documento originale).

” Souvent on parle de la Sardaigne et je voulais toujours découvrir le sud d’Italie. Je n’ai pas été déçue !

Une fois sur place le début a été dur, je ne comprenais presque rien vu que je ne maîtrisais pas la langue italienne.

J’avais du mal à prendre des notes pendant les cours et certains professeurs ne faisaient pas d’efforts pour les étudiants Erasmus. C’était dur mais pas infaisable, j’ai persisté !

J’ai eu beaucoup d’aide de la part des étudiants locaux et les cours étaient consultables sur internet ce qui me facilitait la traduction et la préparation aux examens. J’ai passé tous mes examens et j’ai tout validé et avec des scores élevés (le minimum est 27/30) sauf un seul examen, à cause d’un empêchement sanitaire, je n’ai pas pu le passer mais heureusement que il y avait la possibilité d’inclure les crédits acquis du cours d’italien (j’avais 29/30 et donc je bénéficiais de 5 points de crédits que je pouvais les ajouter à la place de l’examen non validé).

Certes je passais beaucoup plus de temps avec les autres étudiants Erasmus au lieu de le passer avec les étudiants italiens tout en sachant que c’est une faute mais il y avait une certaine harmonie entre nous et une passion réciproque de découverte de l’inconnu, chose que les locaux ne l’intéressait pas . Du coup j’ai beaucoup parlé l’anglais au lieu de pratiquer l’italien. Mais j’ai quand même bien progressé en italien.

Après mon séjour à Sassari de cinq mois j’ai obtenu le niveau A2 en italien.

En ce qui concerne les aides financières j’ai bénéficié de la bourse du projet COMMO II de mobilité. Les aides financières sont vraiment importantes car on a beaucoup de dépenses mais j’ai tout de même pu profiter de mon séjour pour aller visiter d’autres villes dans la Sardaigne telles que Olbia, Alghero, Cagliari, Porto Cervo et Bosa.

Sur le plan administratif, tout était bien organisé, je me suis inscrite en ligne sur le site de l’université d’accueil, j’ai choisi mes cours, j’ai même reçu des conseils de professeurs concernant mes choix. J’ai pu réserver ma chambre universitaire dans la maison des étudiants (la casa degli studenti) lors de mon inscription en ligne.

En général on était vraiment bien informé, on recevait les informations par e-mail après c’était à nous de faire les démarches. C’était un peu étrange tout le système administratif au début car ça fonctionne pas de la même manière dans notre système national qui ressemble un peu au système Français, mais après je me suis habituée à toute les procédures.

J’apprécie mon expérience universitaire à l’étranger, et je la trouve très enrichissante.

Je découvre je cherche j’apprends et j’étudie d’une manière différente de la nôtre. J’étais à Sassari depuis le mois de Mars jusqu’à fin juillet, donc c’était peu de temps finalement et je dois dire que le deuxième semestre était le plus court dans mon parcours d’études tellement ces cinq mois étaient chargés et pleins de découvertes, de surprises et d’apprentissage.

Pour conclure je recommande à tous mes collègues de partir durant leurs études à l’étranger pour découvrir de nouvelles choses, et étudier d’une manière différente, il s’agit d’une expérience unique qu’on n’aura pas l’occasion de vivre plus tard ! “